Interview

Classé dans : Uncategorized | 0

Voici une courte interview que j’ai donné à Zach et Daiyi Cao.

Ce couple d’entrepreneurs (fondateurs de MayPop Studio) d’origine chinoise cherche à créer des passerelles entre la Chine et la France.

Pour cela, ils ont choisit de diffuser un eMagazine qui présente des parcours reflétant l’art de vivre à la Française…

 

Solution_Rire Zach_Maiyi

 

Ancien ingénieur, à 37 ans, Aymeric Astier est l’un des rares rigologue* de France. Son métier ? Vous donner la joie de vivre grâce à des exercices qui provoque le rire ! Découverte d’un personnage à l’esprit ouvert et à l’humeur joyeuse.

 

* La rigologie est une méthode de développement personnel utilisant le jeu, l’amusement et le rire pour installer un sentiment profond et durable de joie.

 

Comment décrirais-tu ton concept Solution Rire en une phrase ? 

L’idée de Solution Rire est d’offrir un espace pour cultiver sa joie de vivre, sa bonne humeur !

 

Raconte-nous ton parcours : Où as-tu grandi ? Qu’aimais-tu faire ?

Originaire de la région parisienne, j’ai fait des études d’ingénieur puis j’ai travaillé dans ce milieu et dans l’insertion sociale. Depuis 2 ans maintenant, je suis à fond dans le rire.

Ce qui est drôle, c’est que j’étais un enfant introverti et qui jouait peu avec les autres. Alors qu’aujourd’hui dans mon boulot, c’est exactement ce que je fais !

 

Comment t’est venue l’idée de devenir rigologue et de créer Solution Rire ? 

« De plus en plus dans ma vie, j’ai compris qu’il faut être à l’écoute de ses intuitions, de ce qui nous fait vibrer. »

Je suis venu au rire il y a 4-5 ans dans un club de rire, pendant une période noire de ma vie. Cette expérience personnelle a été tellement efficace que j’ai voulu la partager avec d’autres. Je me suis donc formé à Ecole Internationale du Rire et du Bonheur pour proposer à mon tour des ateliers de rire et de joie et en faire mon métier.

 

Ce qui a été le plus difficile ou le plus traumatisant ?

Le regard de ton entourage. Pour des parents, voir son fils ingénieur qui devient rigologue, c’est pas évident ! Quand tu as une vie professionnelle déjà tracée, c’est dur de le faire comprendre par tes proches. Après, quand ils voient que ça te rend heureux, ils apprennent à accepter.

Quand on se lance, il faut savoir écouter les bonnes personnes, qui sont rarement les plus proches de toi. Car elles ont de l’affection pour toi, des représentations sur qui tu es, et elles sont confrontées à leurs propres peurs. En revanche, trouver des gens qui ont relevé des défis similaires, et vécu leurs passions, c’est stimulant.

 

Les Français sont plutôt connus comme des personnes « classes », comment t’y prends-tu pour les « débloquer » dans tes ateliers ?

L’apparence, l’image, c’est une construction sociale. Dans mes ateliers, on vise à toucher notre nature profonde, à retrouver l’enfant en chacun de nous, à sa capacité de jouer et de rire.

 

« Un enfant rit en moyenne 400 à 500 fois par jour. Un adulte 15 fois. »

 

Quels effets apportent le rire sur notre corps, notre esprit, sur nous ?

Le rire a aussi une dimension sociale car le rire est communicatif et personnel. Les personnes qui participent à un atelier ont souvent le désir de rester ensemble alors qu’ils ne se connaissaient pas du tout avant.

Lorsqu’on sourit, ou lorsqu’on rit, notre cerveau produit de l’endorphine, l’hormone du plaisir, qui aide à lutter contre le stress et l’angoisse, même si c’est un rire forcé ! Car le cerveau a du mal à différencier le vrai du faux. Plus on rit, plus on développe un sentiment de joie et on regarde les situations de la vie avec légèreté et recul.

 

Qu’évoque pour toi « l’Art de vivre à la Française » ?

Profiter des bonnes choses de la vie, de la nourriture, des paysages.

Etre attentif à soi, aux autres.

 

Trois choses dont la Chine te donne envie ou t’étonne ?

Une image de mouvement, tout change, tout bouge. Je voudrais voir de mes propres yeux les multiples facettes de cet immense pays ! L’héritage philosophique du taoïsme m’intéresse aussi énormément.

 

Comment trouves-tu ton inspiration, tes idées ?

En ayant l’esprit libre et clair, sans trop y penser.

 

« Les idées, quand tu les cherches, tu ne les trouves pas.

Parfois, il faut accepter qu’à l’instant présent, on n’a pas d’idées ! »

 

Quels sont tes rêves et projets d’avenir ?

Je voudrais casser l’image que les activités de bien-être soient futiles, ou un simple bonus. Je ferai en sorte que ma vie professionnelle soit toujours en accord avec mes aspirations personnelles.

 

« S’occuper de son bien être est un préalable à toute réussite individuelle ou collective. »

 

Ta citation/devise préférée ou ta philosophie de vie ?

Je porte toujours sur moi un coussin couineur : quand j’entends le son, je me dis que tout va bien !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *